Diplôme Universitaire de santé connectée : une année s’achève, les inscriptions sont ouvertes pour 2019

Politique publique | 04 oct. 2018
A la veille du lancement de la seconde promotion du diplôme universitaire (DU) de santé connectée de l’université Paris Diderot, c’est l’heure du bilan pour cette première année. Les fondateurs, le Pr Patrick Nataf et le Dr Boris Hansel, reviennent sur l’année écoulée et présentent les nouveautés pour 2019.

Ce DU de santé connectée, créé à l’initiative de l’UFR de médecine en collaboration avec le Centre de responsabilité santé connectée de l’hôpital Bichat-Claude Bernard, est une formation diplômante universitaire pratique et multidisciplinaire. Elle a été pour la première promotion un lieu d’enseignement, d’échanges et de développement de leurs projets personnels.
 
L’UFR de médecine Paris Diderot et le Centre de Responsabilité Santé Connectée (CRSC) du pôle « Cœur –Vaisseaux » de l’hôpital Bichat-Claude Bernard (AP-HP) ouvraient en janvier 2018 une formation pratique et diplômante dédiée aux personnes qui souhaitent acquérir des compétences en santé connectée.
 

Bilan de cette première année…

  •  Un public d’horizons très divers qui a facilité les échanges interprofessionnels et le networking
​Selon le Dr Boris Hansel, «l’une des réussites de cette première année, c’est d’avoir regroupé 122 étudiants de tout âge, de 25 à 65 ans et d’horizon professionnel varié. Si 62% des participants étaient des professionnels du soin (médecins, infirmières, pharmaciens, kinésithérapeutes, diététiciennes…), près de 40% venaient du monde de l’ingénierie, de l’entreprenariat, de l’administration ou travaillaient comme juristes au sein d’entreprises ». En outre, explique le Dr Hansel, « environ la moitié des participants étaient déjà impliqués dans des projets d’e-santé qu’ils souhaitaient développer avec l’aide apportée par le DU ; l’autre moitié souhaitait mieux comprendre les enjeux de la e-santé pour faire avancer leur carrière professionnelle et moderniser l’organisation des structures auxquelles ils appartiennent.».
  • Des projets tutorés déjà concrétisés ou en voie de concrétisation
Selon le Pr Nataf, « L’un des axes forts DU, c’est la mise en situation. Les participants conçoivent un projet d’e-santé. Pour la plupart, ils ont choisi eux même leur sujet de travail et ils peuvent demander de l’aide à des experts proposés par le comité pédagogique pour que leurs idées se transforment en projets réalisables ». Pour cette première année, les 122 étudiants se sont répartis sur 31 projets. L’objectif pour les étudiants, précise le Pr Nataf, « est d’étudier tous les aspects de leur projet : technique, médicale, économique, juridique et éthique. Un travail réussi, c’est un travail grâce auquel les étudiants ont acquis tous les réflexes pour construire, de A à Z, un projet de santé connectée ». Dans le cadre du DU, certains projets sont déjà concrétisés, d’autres sont en bonne voie de l’être. D’autres n’aboutiront pas car les étudiants se sont rendus compte des limites de leur projet. « L’important, c’est que cela leur serve pour concrétiser avec succès leurs prochains projets, hors du DU cette fois», insiste le Pr Nataf.
 

2019, un DU de santé connectée qui s’enrichit

  •  2019 : vers une internationalisation du DU
Si l’organisation globale reste la même que pour la 1ère session (enseignement mixte associant des cours en présentiel et en e-learning, travaux pratiques et projets tutorés), plusieurs nouveautés viennent l’enrichir. « Notre formation va maintenant s’adresser à des personnes vivant hors de la métropole. Nous avons déjà intégré des collègues canadiens de l’université de Montréal au comité pédagogique. Nous travaillons ainsi à la mise en place d’un DIU franco-canadien » indique le Pr Nataf. « Dès la rentrée prochaine des étudiants francophone du monde entier pourront s’inscrire au DU » complète le Dr Hansel.
  • Plus de pratique
Pour répondre au mieux aux questions des participants, les ateliers pratiques seront renforcés comme la découverte du fonctionnement d’un objet connecté ou une initiation à l’électronique et au codage informatique. Un atelier de simulation de télémédecine pour comprendre en quoi consistent les cinq actes de télémédecine inscrits dans la loi ou apprendre à optimiser le fonctionnement d’un cabinet médical ou paramédical sera également organisé.
 
  • Une émission de télévision « Pour une meilleure santé connectée » signée Paris Diderot
Toujours dans le cadre de l’enseignement du DU, il faut signaler l'introduction d'émissions télévisées produites par l'université dans le cadre du e-learning. Les thématiques concernent la santé en général avec des focus sur l’apport de la santé connectée (exemple : Peut-on soigner le diabète par la santé connectée ?).
 
  • Un enseignement adossé à une équipe de recherche
En parallèle de l’activité d’enseignement, l’équipe hospitalo-universitaire du DU santé connectée est impliquée dans plusieurs projets de recherche, au sein de l’unité INSERM U1148 dirigée par le Dr Didier Letourneur. Des travaux sur l’évaluation de capteurs innovants et de programmes de soins incluant des services de santé connectée sont menés, en particulier dans les domaines de la nutrition, des maladies cardiovasculaires et de la chirurgie cardiaque.
 

Pour favoriser les échanges interprofessionnels, l’équipe du DU organise désormais deux fois par an les rencontres universitaires de santé connectée. Après le succès des premières rencontres en avril 2018 avec près de 400 participants, les secondes rencontres auront lieu le vendredi 26 octobre 2018 à la faculté Bichat.
 
Inscriptions au Diplôme universitaire santé connectée de Paris-Diderot 
 
Informations complémentaires : boris.hansel@aphp.fr